L’évolution humaine est, nombrilisme d’Homo sapiens oblige, un sujet de recherche qui passionne. Chaque nouvelle découverte significative bénéficie d’une large couverture médiatique, malheureusement accompagnée d’un impressionnant cortège d’idées reçues, de concepts mal compris et d’erreurs flagrantes. La situation est d’autant plus inquiétante lorsque des scientifiques participent à la surenchère de déclarations exagérées et à la propagation de polémiques artificielles. Ceci peut s’expliquer par la mise en place d’une féroce course aux financements et à la notoriété, en rupture avec les fondements de la démarche scientifique. En réexaminant les découvertes de ces trente dernières années (y compris les plus récentes), cette conférence a pour objectif de démonter les idées fausses et les distorsions qui contribuent à une vision anthropocentrique de notre place dans la nature. C’est urgent, car notre vision erronée de notre position en tant qu’espèce nous conduit à prendre collectivement des décisions catastrophiques face aux changements environnementaux actuels.

Jean-Renaud Boisserie, paléontologue au CNRS, directeur du laboratoire de paléontologie de l'Université de Poitiers (PALEVOPRIM)